Nature Sciences Santé Magazine #33 : Edito

Il ne se passe pratiquement pas une journée sans que je reçoive un communiqué de presse annonçant la création d’un nouveau laboratoire, la sortie de nouveaux compléments alimentaires… Les produits foisonnent et le choix est de plus en plus difficile à faire tant l’offre est vaste.
 
Les consommateurs sont eux aussi de plus en plus nombreux à faire appel aux compléments alimentaires pour prendre en charge leur santé et leur bien-être. Si déjà, nous, professionnels, avons du mal à nous repérer, comment espérer que le consommateur ne soit pas quelque peu perdu.
 
Il faut bien sûr déjà essayer de séparer le bon grain de l’ivraie. Mais ce n’est pas tout. Il faut ensuite identifier le ou les compléments alimentaires les plus à même de répondre au besoin ressenti, et celui qui sera le plus efficace dans une situation donnée.
 
La réglementation qui restreint l’information que les laboratoires sont autorisés à donner ne simplifie pas les choses. Par contre, cela laisse la part belle aux professionnels de santé. À condition, cependant, qu’ils soient suffisamment bien formés pour être en mesure de répondre aux interrogations de leur patientèle et clientèle.

Rédactrice en chef, Brigitte Karleskind

Un magazine sur abonnement payant
(8 numéros par an)

Le #32 est disponible

Au sommaire du numéro 33 du magazine Nature Sciences Santé

Intéressé-e?
Abonnez-vous!
Achetez le #33 : version papier | version pdf

Notre magazine est disponible à l’abonnement ou à l’unité, en version papier ou électronique (pdf)

  • BACOPA MONNIERI

    de l’usage traditionnel à la recherche scientifique
    La médecine ayurvédique l’utilise depuis des siècles, notamment pour stimuler la mémoire ou apporter un soulagement en cas d’anxiété ou de troubles épileptiques. La recherche contemporaine s’est concentrée sur ses effets sur la mémoire, l’apprentissage et la concentration, ainsi que sur son rôle potentiel en cas de déclin cognitif. .

LA MALADIE DU FOIE GRAS
Comment freiner son évolution

  • La maladie du foie gras non alcoolique ou NAFLD concerne aujourd’hui presque 20 % de la population et semble progresser sans cesse. Le stress oxydant, des facteurs inflammatoires, un déséquilibre du microbiote intestinal sont quelques-uns des mécanismes impliqués dans son apparition et son évolution. 

    Des nutriments tels que la vitamine E, la CoQ10 ou les acides gras oméga-3, des prébiotiques, des probiotiques, des extraits de plante comme le curcuma, le chardon-Marie, l’ail ou le ginseng… pourraient aider à diminuer le risque de sa survenue et, également, freiner son évolution. Cela bien sûr, à condition de modifier aussi l’alimentation et d’augmenter l’activité physique. 

VITAMINE K

Et équilibre calcique

On connaît bien le rôle de la vitamine K dans la coagulation. On connaît moins bien celui qu’elle joue dans l’équilibre du calcium dans l’organisme. D’un côté, elle favorise sa fixation sur la matrice osseuse et donc l’augmentation ou le maintien de la densité minérale osseuse. De l’autre côté, elle freine ses dépôts dans les parois vasculaires.